AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sazorys L. Sölreyn
Pirate
Pirate
Sazorys L. Sölreyn

Messages : 154
Sexe : Masculin.
Peuple : Demi-elfe.
Origine : Garënor.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Pirates
Catégorie sociale - Budget : Classe moyenne
Statut dans la guilde : Capitaine d'un navire (L'Orage Céleste).
Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Empty
MessageSujet: Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]   Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] EmptyMar 8 Mai - 12:42



Au crépuscule de la vie d'un homme.
Et l'homme s'éprit de la mer, quand il vit en elle plus de promesse que n'en offrait la terre.


L’île de Shÿn ne payait pas de mine au premier abord. Elle était jolie, assez vaste malgré tout, accueillait un village très agréable où vivait nombre de pêcheurs et de petits commerçants, possédait des plages calmes et des coins de verdure paradisiaques. Une île parmi d’autres. Pourtant récemment un noble influent de Célëcya avait décidé d’y bâtir sa nouvelle demeure, sûrement dans le souhait de quitter les terres froides pour un peu de chaleur.

C’était un beau manoir, à l’écart des autres habitations. On y accédait par un petit chemin serpentant dans la forêt claire. Personne n’avait jamais vu le propriétaire fraichement installé. On ignorait tout de lui, parce que dans l’archipel du Vangartö, on se préoccupait peu du Continent et de leur très compliqué système. Eux avait juste un roi en qui ils plaçaient une grande confiance et c’était suffisant.

En revanche à Rayör on était loin d’ignorer la raison de cet exil ; l’homme devait en effet une grosse somme d’argent la nation et espérait ainsi se faire oublier en s’éclipsant discrètement de la haute sphère. Malheureusement pour lui dès qu’il était question d’argent les concernés avaient très bonne mémoire. Il était presque effrayant de se rendre compte qu’ils aimaient l’or plus encore que les pirates. Et si les dettes ne pouvaient être épongées il fallait régler ces petits soucis autrement. Par exemple … dans le sang. Et pour cela il fallait faire appel à la guilde des assassins.

C’était de cette même guilde que Sazorys reçut une missive un matin alors qu’il était encore en mer, assis sur un tonneau sur le pont à discuter avec son équipage. Le ciel bleu était dégagé, il faisait chaud, aucun ennui en vue, c’était parfait pour se détendre. Ils voguaient sans but précis, au gré du vent, et ils parlaient actuellement de leur famille, le cœur léger. Certains de leur épouse qui attendait impatiemment leur retour, d’autres de leurs enfants avides d’histoires. Puis lorsque l’homme aux cartes se mit à évoquer son frère, un battement d’aile se fit entendre et les pirates relevèrent le nez. Sazorys tendit la main et le volatile entendu vint se poser.

Un bel oiseau lui avait été envoyé, le message fermement accroché à sa patte. Le pirate soupira. Ah ces nobliaux, toujours contraints de faire dans le grand luxe. Alors qu’ils auraient pu se contenter de lui envoyer un bête faucon ils avaient préféré sortir le volatile au plumage d’or et de lave. Espéraient-ils attirer ses bonnes grâces ainsi ? C’était peine perdue.

La Foudre Noire décrocha le mot de la patte et caressa doucement le dos de l’animal posé sur son bras, puis d’une petite impulsion, il lui intima de s’envoler et de rentrer chez lui. Il poussa un petit chant fluet puis déploya ses ailes. Peu après il s’éloignait déjà haut dans les cieux. Le pirate déplia alors le mot sous les regards attentifs de ses hommes et se mit à parcourir le message des yeux.

- … blabla les dettes … blablabla … éliminer les gêneurs … blablabla et encore du blabla … Ah ce que c’est fatiguant, soupira Sazorys. Ces petits nobliaux de bas étages sont incapable de venir directement à l’essentiel ! Conditions d’acceptation, blablabla … Voir le sujet du message ci-joint … Ah, voilà.

Le pirate retourna le papier et lut cette fois-ci plus attentivement, toujours à haute voix.

Monsieur (Comment ça monsieur ? dit-il, offusqué) Sazorys Sölreyn,

La guilde des assassins vous contacte aujourd’hui suite à une petite discussion avec votre roi. En effet, un de nos membres, relativement jeune, doit partir en mission dans vos îles afin d’éliminer le fuyard endetté cité précédemment. Bien que nous ayons confiance en ses capacités, elle reste une enfant s’aventurant en terres inconnues et nous aimerions qu’un pirate l’aide et la surveille, étant donné les bons rapports entre nos deux guildes (Combien de fois allons-nous leur rappeler que nous ne sommes guilde que de nom ! pesta-t-il) nous faisons appel à vous suite aux recommandations de Dorian Thïis.

Nous comptons sur votre aimable coopération,
Lucren Ghÿvrold, secrétaire remplaçant durant les vacances de Dame Eénis.


Sazorys soupira. En plus de ça, eux prenaient des vacances ! Ce concept là n’existaient pas chez les pirates car chaque jour était nouvelle source de joie et de plaisirs insoupçonnés ; plaisirs loin de se limiter au rhum et aux nuits d’amour.

- Ah, des contrariétés encore et toujours … Bien camarades, toutes voiles dehors, direction l’île de Shÿn ! tonna le capitaine de l’Orage Céleste.
- C’est pas bien loin, on devrait vite être arrivés, répondit le vieux Myrös. C’est joli là-bas … Ma fille y habitait avant d’être emmenée par un petit paon du Continent … Ah la pauvre enfant ! Un marin pour époux était une valeur plus sûre … Ah ces gens du Continent … grommela l’ancien.
- Oui je sais, une vraie plaie, affirma Sazorys, l’air grave.

Sur ces mots, l’équipage se remit au travail.

Un peu plus d’un jour plus tard, ils étaient arrivés à destination. Ils furent très bien accueilli au port par les autres marins. Des enfants curieux s’aventuraient sur les quais pour voir de leurs propres yeux le beau navire noir. Car si Sazorys en lui-même n’était pas forcément réputé, son vaisseau l’était, de part ses précédents capitaines et toutes les légendes courant à son sujet. C’était amusant de voir l’intérêt de parfaits étrangers pour son bâtiment.

Mais aujourd’hui il avait peu de temps à consacrer aux autres, à son plus grand malheur ; parce qu’il adorait s’arrêter pour discuter avec les autres, s’amuser avec les enfants et boire à la taverne du coin avant de repartir pour de grandes aventures. Aujourd’hui il devait attendre la jeune assassin un peu à l’écart.

Le pirate longea les quais jusqu’à ce que le brouhaha et l’agitation laissent place au simple son du doux remous de la mer et aux cris des mouettes. Les vagues calmes venaient se fracasser sur la pierre du port avec régularité, petite berceuse de fin de journée. Car déjà le soleil déclinait au dessus de l’océan, les derniers navires visibles à l’horizon rentrant pour la nuit.

Assis sur une caisse de bois, il observait le lointain, apaisé. Il aimait tant cette vie, ce monde, cette liberté. Il devait savourer chaque jour comme s’il était le dernier. Profiter de chaque instant. La fin pour lui arriverait bien assez vite. Il n’avait plus rien à perdre, alors il devait vivre de toutes ses forces pour ce qui lui restait de temps.

Et ainsi, serein face à la mer, il paraissait peut-être plus imposant, parce qu’ils respirait de cette force tranquille et de cette sagesse d’esprit que l’on trouvait surtout chez les anciens. Parce que face à cette vaste étendue, promesse de liberté, il se sentait plus vivant à l’aube de sa mort qu’il ne l’avait été durant toute sa jeunesse, bien que la vieillesse soit encore loin de lui.

L’esprit de Sazorys était parti si loin qu’il ne remarqua de suite pas la silhouette de celle qu’il attendait. Et quand il la vit, il lui adressa un doux sourire. Le sourire d’un homme en paix avec lui-même.





_________________
Sazorys L. Sölreyn.
La rhapsodie funèbre du damné s'élève,
Mélancolique.

Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Sazory11
Sazory's Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cielle.folio-graphiques.fr/
Lazulys A. Feiweï
Assassin
Assassin
Lazulys A. Feiweï

Messages : 374
Sexe : Je suis trop jeune pour cela, voyons.
Peuple : Farfadet
Origine : Bien qu'ayant été élevée à Celëcya, je doute en être originaire.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Classe moyenne
Statut dans la guilde : Moi ? Je suis membre, tout simplement.
Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]   Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] EmptyMar 8 Mai - 15:01


Au crépuscule de la vie d'un homme
lazulys a. feiweï & sazorys l. sölreyn

J’étais en colère. Vraiment.

Pas plus tard que ce matin, un bel oiseau blanc et or était venu me voir, un message attaché à la patte par un ruban vermeil. Une lettre pour moi. J’y avais reconnu le sceau de la Guilde des Assassins, et avais donc déduit que l’on m’avait confié une mission. Sans plus attendre, ne faisant pas attention au fier volatile qui s’était juché sur mon épaule – sous le regard mauvais de Sorataï, qui considérait mes épaules comme sa place et non celle de quelqu’un d’autre –, j’avais donc ouvert cette mystérieuse enveloppe toute blanche et en avait sorti, sans grande surprise, une missive. En face de moi, Azaryel me regardait silencieusement, assis en tailleur et le menton posé sur ses mains jointes, le visage pour une fois fixé dans une expression neutre. Expression qui ne dura pas bien longtemps, pas plus que la mienne, car au fur et à mesure que je lisais la lettre, mon visage se décomposait et le sien affichait son sourire moqueur qui s’étirait de plus en plus. Moi qui d’ordinaire restais imperturbable face à n’importe quelle situation, moi qui d’ordinaire cachais mes émotions sous mon masque de fillette étrange et effrayante, je ne pouvais dissimuler la colère et la frustration qui m’avaient prise de court après avoir lu cette satanée lettre. Et le fait que ce crétin d’Esprit s’en amuse ne m’énervait que davantage.

Ma mission était d’aller dans les îles du Vangartö, et plus précisément sur celle de Shÿn, une île paradisiaque comme tant d’autres. Un noble de Célëcya, couvert de dettes, s’y était réfugié, histoire que Rayör oublie un peu son existence, mais surtout la somme astronomique que ce nobliau lui devait. Dommage pour lui, le Royaume le plus puissant de Zërya ne lésinait pas sur les dettes que les aristocrates des autres contrées lui devaient. Et visiblement, j’allais me charger de régler ce… petit problème financier en le supprimant, purement et simplement, et ce dans la plus grande discrétion. Tss. La cupidité dont les puissants faisaient parfois preuve me dégoûtait. Et pourtant, c’était mon travail, mon devoir que de leur obéir et de participer à remplir les caisses de l’État en éliminant les gêneurs. Voilà à quoi les Assassins comme moi étaient aujourd’hui réduits. Enfin. De toute façon, les querelles entre nobliaux ne m’intéressaient pas, seules la découverte de nouvelles choses et bien sûr la prime. Étrangement, celle-ci était bien plus élevée que les précédentes. Mais je supposais fort qu’elle n’égalait pas la difficulté de la mission, mais plutôt la contrepartie : je devais être accompagnée. Par un adulte. J’avais beau avoir treize ans, c’était comme si j’avais eu cinq ans de moins et qu’on devait me placer à la charge d’une baby-sitter ! Mon ego en prenait un sacré coup, et je tremblais presque sous l’intense frustration que je ressentais.

J’avais donc fait partir d’un mouvement d’épaule l’oiseau, qui m’inspirait désormais une profonde antipathie, avant d’ordonner d’un ton sec à un Azaryel hilare de retourner dans son sceau. Puis je m’étais lavée et habillée d’une robe blanche à manches longues qui m’arrivait aux genoux et d’un gilet carmin, étant jusque là en chemise de nuit dans ma chambre d’une auberge d’Ëosya. Enfin, j’avais demandé à Sorataï de m’emporter au port de l’île de Shÿn, où m’attendait un pirate, un certain Sazorys Sölreyn, capitaine de l’équipage de l’Orage Céleste. Hum, il me semblait avoir déjà entendu parler de ce vaisseau… Mais je ne m’étais pas attardée là-dessus. Chimères, superstitions et autres rumeurs n’étant qu’illusoire ne m’intéressaient guère. Je préférais largement la réalité.

Arrivés à destination, Sorataï me déposa à l’écart des badauds, dans une ruelle obscure, avant de prendre la forme d’un petit phénix et de se poser sur mon crâne, observant les alentours. J’avançai donc, cherchant du regard ce fameux Orage Céleste, ainsi que le pirate qui allait m’accompagner pendant ma petite expédition. J’aperçus alors le bâtiment, un immense vaisseau dont son équipage pouvait être fier. Son nom était gravé non loin de la figure de proue. A côté, assis sur une caisse, un homme aux longs cheveux noirs me regardait. Il semblait calme, paisible, serein, un doux sourire ornait son visage. J’en déduisis qu’il s’agissait de ce… Sazorys Sölreyn. Qu’il ne s’attende pas à ce que je sois sympathique avec lui, parce que cette figure presque paternelle qu’il affichait allait vraiment finir par me dégoûter. Etre avec un adulte, même en territoire hostile, n’allait sans doute pas me rassurer, pas plus que m’inquiéter. Je me montrais méfiante et froide envers tout le monde, et je n’allais pas faire d’exceptions pour le type qui allait me servir… d’escorte ? Je préférais dire cela, c’était toujours mieux et moins humiliant que « nounou ».

Je me dirigeai à grand pas vers lui, puis plongeai mon regard dans le sien et lui dit d’une voix glaciale :

« Bonsoir. Vous devez être monsieur Sazorys Sölreyn ? Je suis l’assassin Lazulys Feiweï, je suis chargée d’éliminer le noble célëcyen qui vit là-haut. »

Je désignai d’un rapide mouvement de tête les tours du manoir de ma victime toute désignée, avant de reprendre :

« Hum, il vaudrait sans doute mieux se dépêcher, la nuit ne va pas tarder à tomber. Dans le noir, on ne sait pas où on va. Vous ne pensez pas ? »

Mon regard rouge sang se fit plus insistant sur le pirate. Je me demandais comment il allait réagir, j’avais été quelque peu insolente envers lui.




_________________
    Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Lazuic10Lazulys Andromeda Feiweï
    Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse,
    La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
    Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
    Qui compriment le cœur comme un papier qu'on froisse?
    Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse?

    Charles Baudelaire, Réversibilité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sazorys L. Sölreyn
Pirate
Pirate
Sazorys L. Sölreyn

Messages : 154
Sexe : Masculin.
Peuple : Demi-elfe.
Origine : Garënor.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Pirates
Catégorie sociale - Budget : Classe moyenne
Statut dans la guilde : Capitaine d'un navire (L'Orage Céleste).
Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]   Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] EmptyMer 9 Mai - 14:19




Et bien, et bien, la jeune assassin qu’on lui envoyait aujourd’hui semblait bien peu aimable. Était-ce une caractéristique de cette guilde, le côté froid et coincé ? A part la petite Maya il n’avait encore jamais croisé un assassin qui cesse parfois de se prendre trop au sérieux. C’était dramatique. La joie, la bonne humeur, n’était-ce pas là la clé d’une vie libre et insouciante ? Ah ces gens du continent, trop attachés à des valeurs complètement abstraites. Seul le concret avait son importance. Et ce qui était concret dans cette histoire, c’était bien l’argent que le malheureux noble devait à Rayör.

- Monsieur ? Ah non, cessez donc avec ça ! soupira le pirate. J’étais justement en train de penser que vous, gens du continent, vous attachiez bien trop d’importance à ces valeurs abstraites de hiérarchie, de formule de politesse et autre blabla inutile. C’est … rasoir. Ennuyeux. Très peu pour moi.

Enfin au moins le fait qu’elle connaisse son nom permettait de passer outre l’étape des présentations ; moment ô combien lourd de toute rencontre. C’était toujours les mêmes mots, le même ton, tout ça pour finalement pas grands-choses. Un brin d’originalité, c’était là le secret d’une vie plus palpitante ! Et l’esprit pratique, important ça l’esprit pratique. Clé de tout succès peu importe le domaine.

Mais peu importait pour le moment. Sazorys quitta sa caisse, remit son tricorne sur sa tête et toisa l’assassin pour l’observer d’un œil critique. Voilà une enfant bien jeune. Les guildes recrutaient-elles dès le berceau à présent ? Oh bien sûr si elle avait été pirate elle aurait largement eut l’âge de faire ses débuts, mais entre nettoyer le pont en apprenant son métier auprès de ses aînés et tuer un homme sans le moindre remord, il y avait tout de même un monde.

Le capitaine de l’Orage Céleste continua d’observer la dénommée Lazulys quelques instants, puis tourna son regard vers le manoir au loin. Une expression de mépris vint se poser sur son visage, le nez pincé de contrariété. Même d’ici il pouvait voir que cette demeure respirait la décoration typiquement continentale : dorures, beaux ouvrages, sculptures et grand luxe pour le confort … Tout ça au cœur de leurs îles sobres et pourtant plus belles que le plus grand des palais.

Il s’arracha toutefois de ses pensées et reporta toute son attention sur la petite demoiselle.

- Ah, si jeune et talentueuse et déjà baignée dans le sang, quelle tristesse. Cette petite lettre ne tarie pas d’éloges à votre sujet, alors pourquoi vous accompagner ? demanda le pirate sur le ton du questionnement existentiel. Je dois vous avouer l’ignorer, mais soit, exécutons les ordres de vos supérieurs, et, accessoirement du mien. Bref cessons de perdre du temps car l’or lui n’attend pas pour nous filer entre les doigts.

Cet empressement semblait par ailleurs partagé par Lazulys. Bien, très bien, cette enfant au moins se montrait sensée, c’était rare à cet âge-là. On trouve plus drôle d’embêter les adultes, de courir après l’amour et de désobéir. Ah ce que la belle époque remontait à loin pour lui ! Pour peu il aurait eut la larme à l’œil en resongeant aux beaux jours d’autrefois.

Toutefois à sa dernière remarque, Sazorys réplique, encouragé par sa question :

- Non, je ne pense pas, petite demoiselle, bien au contraire. La réflexion très peu pour moi, je laisse ce rôle volontiers aux grands hommes et aux politiciens, plaisanta-t-il. Blague à part, jeune comprends pas votre point de vue. La nuit est pourtant propice au meurtre et à la folie ! Dans le noir le tueur devient ombre parmi les ombres alors que sa victime est plus vulnérable que jamais, car c’est dans cette même obscurité que ressortent peurs et faiblesses, laissant l’esprit faible en proie aux pires cauchemars. Et paniquer face au danger, c’est mettre un premier pied dans la tombe que l’on a creusé soi-même, conclut le pirate d’un ton grave, d’outre-tombe, presque exagéré.

Mais puisque cela ne convenait visiblement pas à la fillette, inutile de s’éterniser ici et autant partir en chasse. Sazorys invita l’enfant à ouvrir la marche.

- Je vous suis. Travaillez comme vous le souhaitez.

Oh bien entendu il se doutait que la présence d’un pirate n’avait pas été demandée pour la seule raison du jeune âge de l’assassin. Sûrement cette mission était-elle plus compliquée qu’elle en avait l’air. Mais ça ils le découvriraient en temps et en heure.





_________________
Sazorys L. Sölreyn.
La rhapsodie funèbre du damné s'élève,
Mélancolique.

Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Sazory11
Sazory's Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cielle.folio-graphiques.fr/
Contenu sponsorisé




Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]   Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Au crépuscule de la vie d'un homme [Lazulys]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ♥ |
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]
» Sombre Crépuscule qui enivre mes Songes d'une douloureuse tristesse |P.V ma Crêp|
» Dessin du crépuscule
» Les Chroniques du Crépuscule !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Invocation :: Les Îles-
Sauter vers: