AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chasse au dragon [Yëaskil]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaien Hëiryss
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 35
Sexe : Masculin.
Peuple : Demi-elfe.
Origine : Alsmëus.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre.
MessageSujet: La chasse au dragon [Yëaskil]   Dim 11 Mar - 19:51

Ah, Alsmëus … Qu’il était agréable de retourner dans sa contrée natale après quelques petites missions d’assassinat. Pas que Kaien déteste Rayör, mais cette région manquait particulièrement de charme. Les habitants étaient d’un rigide et d’une fourberie ! Tout bonnement déprimant. Et puis, aussi grande et animée soit la Capitale, elle ne valait en rien la belle Ëhanldya.

Car c’était effectivement à Ëhanldya que le Chat Noir de Bhëjara avait décidé de se rendre. Un ami assassin lui avait parlé d’une auberge recherchant un barde, un bon musicien pour distraire sa clientèle. Oh bien entendu il serait payé, et pourrait même loger gratuitement. L’offre lui semblant alléchante, le flûtiste s’était aussitôt rendu chez le commerçant en question.

Et ce soir, comme tous les autres soirs depuis deux semaines déjà, Kaien jouait de son instrument audit au milieu des hommes et femmes venus dormir et prendre un bon repas. Ah, il était beau, le meurtrier, et il n’y avait pas que le son de sa flûte qui soit agréable. Il lui arrivait même d’offrir quelques petits … suppléments aux visiteurs. Une petite soirée dans un lit, pour peu que de l’or coule des bourses peu après.

Mais aujourd’hui, Kaien s’ennuyait. Cette petite routine commençait à devenir atrocement monotone. Les ivrognes qui se mettaient à chanter lorsque la soirée avançait, la tavernier qui faisait circuler les rumeurs pour ceux le souhaitant, les rapaces complotant à voix basse … Le feu qui brûlait dans l’âtre, le cliquetis des verres que l’on nettoie, le bruit sourd des pas à l’étage, le son rude d’une choppe de bière que l’on pose violemment sur la table …

Las de jouer pour les derniers ivrognes de la nuit, Kaien fit disparaître son instrument et soupira. Il s’étira tel un chat, caressa furtivement Bel qui dormait sur un coussin à même le sol, puis, alors qu’il s’apprêtait à regagner sa chambre, il s’arrêta et se glissa derrière une colonne de bois. De son œil expert, il fixa les deux interlocuteurs d’une conversation fort intéressante. Deux hommes vêtus de noirs, dissimulés par une cape à capuche, chuchotant à voix basse, et se pensant à l’abri des regards.

- … et la récompense est grosse, très grosse. Le Seigneur Hyörl veut proposer cette mission à la Guilde des Assassins. Les hommes qu’il a engagé ont tous échoué. On les a retrouvé morts, leur sang se déversant dans la rivière à côté des ruines …
- Mais c’est quoi cette mission pour qu’elle soit aussi difficile ?
- Ah, ça l’ami … On parle des Ruines de Dräshm, tu sais bien qu’elles recèlent nombre de trésors. Un ennemi du Seigneur Hyörl s’y cache, après avoir fuit ave une grosse quantité d’or appartenant à l’Impératrice. Il a volé dans le palais impérial, le bougre ! On dit qu’il est ruiné, que ses investissements n’ont pas marché. Celui qui arrivera à ramener sa tête pourra conserver l’or volé, parole de l’Impératrice elle-même. Et c’est pas une petite somme !
- Mais comment un homme seul, un nobliau qui plus est, peut faire autant de dégâts ?
- Tu ne sais pas ? Ah l’ami, faut se mettre à jour ! La créature de ce mécréant … Nowyn, son nom. Sa créature, c’est un Dragon des Sables. Une bête colossale, qui viendrait des terres inexplorées, qu’on raconte. Ses ailes créent des tempêtes, son cri assourdit ses ennemis et son feu est aussi brûlant que le soleil … Il parait qu’il ne craint rien ! Rien à part les Tarak … Tout le monde craint les Tarak.


Kaien esquissa un petit sourire en coin. Tarak ? Cela lui rappelait quelqu’un. Lui ne craignait pas les Tarak. Ce n’était qu’un gros chat après tout. Mais peu importait, il en avait assez entendu. Cette mission semblait très intéressante, et la prime était particulièrement alléchante.

Sans tarder d’avantage, l’assassin sortit de l’ombre et prit le chemin de la sortie, saluant son employeur au passage. Il ouvrit la porte et … Tomba nez-à-nez avec Yëaskil. Ebahi, Kaien écarta les bras comme pour l’inviter à une étreinte chaleureuse et dit bruyamment :

- Minou-minou ! Tu es l’homme de la situation, nous avons un dragon à plumer, un noble à détrousser et pour ça il nous faut un Tarak dans la force de l’âge. En avant camarade !

_________________
Kaien Hëyriss
« Et je voudrais que tous les anges chassés
Continuent de chanter et prier. »


Theme Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myanimelist.net/animelist/Cyra-Zoriel
Yëaskil Kimrhya
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 59
Sexe : Masculin
Peuple : Demi-Elfe
Origine : Alsmëus

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre
MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   Lun 12 Mar - 20:55

    Yëaskil n'était pas du genre à prendre beaucoup de missions pour la guilde des assassins. Ce qui expliquait en partie sa pauvreté -pas qu'il s'en plaignait. Il n'était pas de ceux qui prenaient plaisir à tuer et la seule raison qui l'avait poussé dans les bras de la guilde était qu'aucune autre ne l'aurait accepté. Quoique l'on dise, se métamorphoser en Tarak ne faisais pas partie des pouvoirs les plus populaires en Zërya.

    Le problème résidait dans la loyauté étrange de Yëaskil ou plutôt, sa mentalité bien différente. Sa dernière mission était simple, éliminé un noble qui n'avait pas hésité à trahir son associé et incendié son manoir, manque de peu de tuer toute la famille. Yëaskil avait récupéré la tâche qui ne le gênait aucunement, la trahison faisait partie des pêchés qu'il ne pardonnait pas. L'affaire s'était toutefois révélée plus compliquer que prévu et le Tarak avait fini par éliminer la victime mais aussi le commanditaire. Il s'était donc retrouvé à parlementer avec son responsable tremblant devant lui pour essayer tout de même de gagner sa récompense. Peine perdu, plus de commanditaire, pas d'argent, c'était aussi simple que ça. De retour à la case départ, il n'avait toujours pas un sous en poche.

    Alors quand Yëaskil avait entendu parlé de cette sordide histoire, en Alsmëus, dans les Ruines de Dräshm qui lui promettait richesse pour au moins quelque temps ; il avait sauté sur l'occasion, rien n'était trop beau. Il avait fait un détour pour ne surtout pas passer par le Désert de Köryantha et enfin, il était arrivé à la Cité Impériale d'Ëhanldya, siège du Roi divin... Quoique représente la Cité Impériale et ce Roi divin inconnu. Quoi de mieux qu'une auberge pour avoir des informations sur tout ce qui se déroulait d'étranges dans les environs?

    Oui mais voilà, comme à son habitude, la chance de Yëaskil se rapprochait du zéro, à croire que les ennuis l'aimaient, le chérissaient. Ou alors c'était ces satanés Esprits qui l'avaient définitivement maudi et qui aimaient le tourmenter. Au choix. Kaien, ce damné prostitué, par toutes les divinités protectrices -ou pas-, qu'est ce qu'il faisait là ? Il ne venait tout de même pas rapiner jusqu'au porte du palais impériale ?! Yëaskil avait cru comprendre qu'il y avait certaines règles de bienséance à respecter dans ce genre d'endroit -aller savoir pourquoi. Il fallait croire que rien n'arrêtait le célèbre Chat noir de Bhëjara. Fatalité...

    Ignorant avec brio les bras grands ouverts de l'assassin, Yëaskil entra dans la pièce principale de la taverne. Toutes les conversations s'étaient éteintes, bien évidement, Kaien avait lâché -plutôt crié- le mot à ne pas dire, proscrit, si près du Désert. Tarak. La terreur des sables. Tous les clients encore en état de comprendre le regardait avec des yeux de merlan frit, se demandant s'il allait sortir l'une de ces bestioles pleines de crocs, de griffes et de grognements féroces, dont ne sait où. Les gens étaient de véritables crétins finis. Quand on pense Invocation et Tarak en même temps, tout de suite après, le mot Créature vient se greffer dans leur tête. Qui irait penser au Pouvoir. Vraiment. Qui ?

    Puis doucement, après avoir glacé toutes les personnes capables d'émettre une objection -l'obligeant, par exemple, à quitté plus ou moins vite l'auberge- les mots de Kaien arrivèrent enfin à son cerveau après un passage compliqué au niveau des oreilles. Comprenez-le, Yëaskil n'est pas un idiot complet, c'est juste que sa dernière et première rencontre avec Kaien avait été... Compliquée. Utilisé son pouvoir sur lui était au mieux, suicidaire. Pourtant, l'homme aux cheveux violets devaient sa survie qu'à une étrange raison que Yëaskil ne comprenait pas lui-même mais surtout à son pouvoir qui semblait toujours avoir autant d'effet sur le Tarak.

    Bref, les mots "dragon", "plûmer", "noble", "détrousser" s'illuminèrent enfin dans son esprit, d'une couleur rouge criante avec au-dessus une flèche clamant "IMPORTANT". Sans hésiter, il fit demi-tour, accrocha un bras de Kaien et le traîna dehors pour lui demander des explications. Notre beau félin national avait tous les droits de penser que l'homme parlait exactement de la même chose qu'il était venu chercher dans les Ruines. Un moyen de gagner de l'argent sans trop de problèmes quand on est un assassin. Mais qu'est ce que cette histoire de Tarak venait faire au milieu ?

    - Qu'est ce que tu racontes, flûtiste dégénéré ? Commença un Yëaskil, les bras croisés et à bonne distance de Kaien ; ce n'était pas le moment de se laisser ensorceler, il avait assez donné, merci. Tu parles bien de ces rumeurs dans les Ruines de Dräshm ? Toute la guilde en fait des gorges chaudes ; tu as plus de précision ? Le Tarak réfléchit quelques instants, comprenant soudain le raisonnement du Chat noir. Tu ne voulait tout de même pas m'utiliser pour ensuite te casser avec tout le butin ? Sa voix était bien plus rude et dur, je refuse ! Va donc entourlouper des pigeons et des nobles graisseux et laisse-moi le travail !

    Il fallait bien dire, Yëaskil était techniquement quelqu'un qui faisait peur... Mais avec un énergumène comme Kaien, on ne savait jamais à quoi s’attendre. Il était persuadé que sa tirade allait à peine le faire frissonner... Monde cruel.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Hëiryss
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 35
Sexe : Masculin.
Peuple : Demi-elfe.
Origine : Alsmëus.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre.
MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   Dim 18 Mar - 19:53

Ah, qu’il était mignon le petit Yëaskil. Naïf surtout. Lui, partir sans lui laisser la moindre pièce, grand ingrat sans cœur ? Oh, mais non voyons. Il était tout de même moins stupide que ça. Temps qu’à faire, autant voler la récompense, s’enfuir sans rien laisser si ce n’était un petit mot « Pigeon », puis ruiner la réputation de cette pauvre âme en perdition. Ah, ruiner les réputations … Il n’y avait rien de plus amusant que de nuire à la popularité des gens.

Kaien passa un profond soupir, puis tapota l’épaule de son camarade d’une nuit lointaine. Ah, le malheureux petit chaton, si innocent, si loin de la vérité. Mais il ne fallait pas lui en valoir. Il ne l’avait pas encore assez côtoyé, il ne pouvait pas se rendre compte de toute l’étendue de sa fourberie et de son insupportable caractère. Prenant un ton condescendant, il lui dit :

- Allons minou-minou, pour qui me prends-tu ? Je ne suis pas si ingrat. A vrai dire, je suis même particulièrement généreux, je te propose de trouver un arrangement. Par exemple, je peux te laisser toute la prime, et, en échange … Tu pourrais me payer, disons … En nature …

Et sur ces doux mots, il se colla à Yëaskil et enlaça son cou de ses bras, un sourire très explicite au visage. Mais trêve de plaisanterie, il avait besoin de cet homme s’il voulait réussir cette petite mission. Pas forcément pour la prime, mais surtout pour l’aventure. Il avait un besoin cruel de briser son quotidien des plus lassants.

- Je te propose de faire équipe, camarade. Selon les petits peureux dans l’angle là-bas … Il désigna les concernés d’un geste de la main … La créature de notre cible, un dragon des sables tout droit venu des terres inexplorées, craindrait plus que tout les Taraks. Et par chance, tu es un Tarak ! La vie n’est-elle pas belle ? Et comme je t’ai donné ces précieuses informations, et que j’en détiens plus encore, tu ne peux définitivement pas me laisser derrière toi comme un malpropre.

Oui, car Kaien à force de fréquenter tavernes et auberges pour exercer son art et récolter quelques pièces, avait pu accumuler un certain nombre d’informations. Notamment sur les dragons. Peu de gens savaient qu’ils naissaient aux Monts d’Ashraïel, perdus à Nawölva, à la frontière du grand désert s’étendant au-delà de la chaîne montagneuse le séparant d’Alsmëus. Ils savait aussi que la plupart d’entre eux y vivaient, ainsi qu’aux alentours. Et surtout, il savait ces créatures sacrées. Fortes et sages. Il fallait y prendre garde.

Mais ce dragon-là n’était qu’une simple Invocation. Il n’avait ni la force si le savoir des véritables colosses, fils de Nërio. Un peu de ruse devrait suffire à le vaincre. User d’un Tarak, par exemple, pour distraire la bête, pendant que lui envouterait l’esprit du noble afin qu’il retourne sa propre créature contre lui-même. Tué par son Invocation … Quelle triste fin.

Kaien quitta l’auberge, puis sur la petite place juste devant, il expliqua son ébauche de plan à Yëaskil. Assis au tailleur sur le rebord d’une fontaine, il caressait la fourrure de Bel endormi entre ses jambes, tout en observant la lune au-dessus de leurs têtes.

- Alors, es-tu de la partie ? Nous sommes tous les deux gagnants. Mon offre d’arrangement tient toujours si tu tiens tant à la prime. De plus, j’ai cru comprendre que tu étais à sec. On pourrait presque devenir une sore de légende de la guilde. « Kaien et Yëaskil, les deux clodos tueurs de poulets ! » si on continue comme ça. Je veux dire, à être aussi pauvres.

Enfin, lui avait déjà sa petite réputation. Être un prostitué particulièrement pauvre malgré son succès et à l’Invocation plutôt tristement célèbre permettait de se faire une certaine place dans le monde des rumeurs. Le Chat Noir de Bhëjara était plutôt connu, bien que très peu le reconnaissent simplement en voyant son visage.

Un nouveau soupire, plutôt de fatigue cette fois-ci. Kaien se releva, ce qui arracha un miaulement agacé du chaton brusquement réveillé, puis ouvrit la porte de l’auberge avant de se tourner vers Yëaskil :

- Le patron m’offre une chambre gratuitement en échange de mes talents de musicien. Puisque je te devine à sec, je te propose de partager.

Puis, presque sûr que l’autre le suivrait, il ouvrit la marche, se dirigea vers l’escalier et grimpa à l’étage. Sortant une clé de ses vêtements, il ouvrit une porte donnant sur une pièce tout à fait convenable avec sa petite salle d’eau, puis sans plus de manière, s’assit sur le lit. Voyant arriver Yëaskil, il lui proposa, taquin :

- Tu peux toujours me payer d’avance, si tu veux. Comme ça tu serais sûr que je ne m’envole pas avec la prime. Malgré les apparences, je suis un homme de parole. Enfin, disons que je ne résiste pas aux félins. Alors, minou-minou ?

_________________
Kaien Hëyriss
« Et je voudrais que tous les anges chassés
Continuent de chanter et prier. »


Theme Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myanimelist.net/animelist/Cyra-Zoriel
Yëaskil Kimrhya
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 59
Sexe : Masculin
Peuple : Demi-Elfe
Origine : Alsmëus

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre
MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   Mer 23 Mai - 15:59

    Les gens prenaient souvent Yëaskil pour quelqu'un de stupide. Peut-être n'avait-il pas totalement tord. À leurs yeux. Cependant, la vérité était tout autre. Le Tarak était juste quelqu'un de profondément décalé pour la société Zëryenne qu'il côtoyait. Il en avait autant de connaissance qu'un enfant de treize ans. Même si c'était triste à dire. On peut pas tout avoir dans la vie.

    Et l'une des qualités qu'il avait fini par obtenir dans tout le grabuge qu'était sa vie depuis trois ans, Yëaskil avait compris les vertus du silence. Plus seulement ses avantages en tant que traqueur et chasseur, non, mais aussi en tant qu'homme. Personne de ce monde étrange où toutes les apparences semblaient trompeuses. Talent qu'il lui avait d'ailleurs valu d'être devenu un excellent conteur tout à fait au courant de certaines rumeurs étranges et du folklore de terres perdus par les mémoires d'hommes.

    D'ailleurs, c'était ce qui lui avait valut quelque place dans des bordels et l'admiration des demoiselles. Avant qu'elles ne s'aperçoivent que le matin, il était parti. Sans payer.

    Avec cela, Yëaskil était persuadé de figurer dans le livre noir des clients des maisons closes de tout Zërya.

    Bien en attendant, il avait d'autre chat à fouetter. Notamment un agaçant mais non moins sensuel assassin plus connu sous le doux nom du Chat Noir de Bhëjara et qui semblait prendre un malin plaisir à le faire tourner en bourrique. Bien du discernement, voilà l'atout qu'il devrait essayer de jouer à ce moment. Savoir repérer le vrai du faux et de ne surtout pas se faire rouler. Voilà ses objectifs du moment. Et ils risquaient d'être dur à tenir vu à quel oiseau il avait le droit.

    Voilà en gros, à quoi pensait Yëaskil pendant le temps que Kaien déblatérait et que petit à petit il se faisait piéger dans une chambre. Bien, les choses s'annonçaient mal. Réfléchir à tout ce que cet entourloupeur à dit et réagir, tout de suite. Reprendre le dessus de la situation. Le Tarak se fiait à son instinct et celui-ci était en alerte maximale ; il flairait le piège, gros comme une baleine destructrices des fonds marins près des îles de Vangartö.

    Kaien voulait être payé tout de suite ? On allait voir ça.

    Rapidement mais presque avec détachement, il laissa sa nature "légèrement" sauvage prendre le dessus -même s'il détestait cela au plus au point. Yëaskil poussa Kaien, il le maintenait par les épaules avec autorité contre les draps du lit. Son regard s'était fait plus fou, ses pupilles fendues rappelaient avec force sa nature de félin mais aussi, de prédateur. Doucement, il passa sa langue sur ses lèvres puis sur ses canines qui étaient soudainement devenus plus aiguisées.

    À califourchon sur l'assassin, il laissa ses jambes se resserrer un peu plus contre les hanches de Kaien. Des épaules, ses mains passèrent à la base du cou de son cou, en une étrange caresse. Yëaskil se rapprocha du visage de l'assassin, presque lèvre contre lèvre, un petit sourire mutin et et les yeux brillants d'une flamme de désir fou. Il murmura.

    - J'ai vraiment l'étrange impression -mon instinct certainement- que tu veux me rouler dans la farine. Que quoique je fasse tu as déjà un petit plan de fait dans ta caboche de manipulateur et que rien n'y personne ne pourra t'arrête. Je me trompe ? Sa tirade finissait presque sur un ronronnement cajoleur, Yëaskil remonta sur le cou, sa main touchant la trachée du bout des doigts et termina par un effleurement sur la joue. Alors fait attention à toi bel assassin, je suis un chasseur avant d'être une proie et le coup dans le dos ne me font pas du tout peur.

    La phrase était légèrement tendancieuse, Yëaskil n'en doutait pas un instant mais il en souriait intérieurement. Ignorant toute réponse qui pourrait être faite, le Tarak embrassa enfin les lèvres qui s'offraient à lui, les redécouvrant malgré le manque de souvenir de la soirée qu'il avait déjà passée avec Kaien.

    Un autre point sur lequel il faudra qu'il réfléchisse.

    Mais ça pourra attendre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Hëiryss
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 35
Sexe : Masculin.
Peuple : Demi-elfe.
Origine : Alsmëus.

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre.
MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   Dim 10 Juin - 9:31

Oh, pour une fois l’ami Tarak se montrait moins récalcitrant. Bien, au moins arriverait-il peut-être à le traîner dans cette folle mission sans user de moyens complètement détournés. L’air de rien, il l’appréciait beaucoup, ce gros chat méfiant et atypique. Il sortait de l’ordinaire. C’était intéressant d’apprendre à le connaître. Et nul doute par ailleurs qu’il était préférable de le compter parmi ses alliés plutôt que ses ennemis. Avoir une bête enragée à dos n’était pas une perspective des plus plaisantes, soyons honnêtes quelques instants.

- Moi, te rouler dans la farine ? répéta l’assassin avec amusement. Allons, je ne suis pas comme ça. Je te propose une alliance tout ce qu’il y a de plus correcte pour une mission qui s’avère compliquée et qui pourrait faire accourir un petit paquet de pièces d’or dans nos poches dégarnies. Ce n’est là qu’une association pour le bien commun.

Et, accessoirement, l’occasion d’un bon divertissement. Alsmëus regorgeait de surprises, pourquoi se priver d’une petite poussée d’adrénaline, de folles aventures et de découvertes incroyables ? Au vue de leur destination, ils pourraient même tomber par le plus grand des hasards sur un trésor d’une valeur certaine. Avec un peu de ruse et un client bien intéressé … Oh nul doute qu’il y avait de quoi faire affaire.

- Néanmoins … J’admets avoir déjà quelques petites idées en tête, avoua Kaien. Oh rien de bien méchant. Juste le commerce et l’exploration. N’y vois là aucune manipulation. Pour une fois.

Car en effet avec une Invocation telle que la sienne, il ne pouvait décemment pas affirmer qu’il ne manipulait pas les autres sans passer pour un odieux menteur. Ce serait absolument risible que de prétendre qu’il était un saint en la matière.

Un chasseur n’est-ce pas ? Parfait, ils étaient deux. La proie de ce soir, ce charmant gibier dont les heures étaient comptées, avait de quoi s’inquiéter. La traque s’annonçait particulièrement alléchante, et la récompense ne laissait pas à désirer. Le doux baiser sonnant comme un encouragement pour les efforts à venir, les lèvres de l’assassin s’ourlèrent d’un doux sourire.

Puis il se redressa brusquement, tapa dans ses mains et tout joyeux, exposa ses plans à son nouvel associé.

- Parfait l’ami, dans ce cas partons dès à présent ! Le désert la nuit est sans nul doute plus abordable qu’en plein jour et l’effet de surprise n’en sera que meilleur.

Sans plus attendre, il quitta le lit et délogea le chaton ayant élu domicile entre les draps. Bel lâcha un feulement mécontent et décida de coller Yëaskil. Lui au moins était civilisé, contrairement à son abruti de propriétaire. Quel maître mal éduqué ! Ne lui avait-on pas appris qu’il était l’esclave du chat et non l’inverse ?

Mais peu importait pour Kaien. Il sortit de ses maigres affaires une carte de Zërya qu’il posa sous le nez de son confrère. Il était l’heure de décider d’une route, et surtout d’un bon plan d’attaque.

_________________
Kaien Hëyriss
« Et je voudrais que tous les anges chassés
Continuent de chanter et prier. »


Theme Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myanimelist.net/animelist/Cyra-Zoriel
Yëaskil Kimrhya
Assassin
Assassin
avatar

Messages : 59
Sexe : Masculin
Peuple : Demi-Elfe
Origine : Alsmëus

* * *
Appartenance au groupe : Guilde des Assassins
Catégorie sociale - Budget : Pauvre
Statut dans la guilde : Membre
MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   Sam 4 Aoû - 19:04

Yëaskil se demanda vaguement, pendant au moins une bonne dizaine de secondes, plus précisément, si le meurtre d'un assassin valait la même peine que le meurtre d'une cible (plus ou moins innocente) pour les chevaliers. Après tout, s'il tuait Kaien, il avait des chances de se retrouver avec toute la Guilde sur le dos -et tout le monde savait qu'un sermon du Maître assassin et qu'un passage dans les cachots étaient mauvais pour la santé- et le Tarak restait persuadé qu'il serait mieux traité chez les chevaliers.

Grattant la tête sans s'en rendre compte, du sac à puce félinement doux et Invocation de son état du chieur chronique. Yëaskil avait été totalement dégrisé. Il n'y avait qu'une catin pour réussir ça avec brio et aussi vite, capable d'excité à en supplier même ton pire ennemi pour ensuite te balancer un sceau d'eau froide sur la tête. Pas que Yëaskil avait un quelconque ressentiment contre les prostitués, il les adorait littéralement -c'était plus elles qui le fuyaient étant donné son peu d'argent.

Son œil se posa sur la carte que l'autre dévergondé avait sortie. Le Tarak n'avait jamais vraiment saisi à quel point Zërya était grand et peut-être même plus encore que ce bout de papier pouvait bien le montrer. Ce genre de chose était trop compliqué pour un animal. Son territoire était son monde et il n'en dépassait pas les limites. Les humains -ou les elfes- étaient différents ; le soif de découverte n'avait d'égal que la cruauté qui semblait infester certains de leur cœur.

Enfin, sur ce coup, savoir réfléchir comme un animal pourrait peut-être l'aidé. Yëaskil se pencha sur la carte, un tic nerveux agitant sa paupière quand il sentit ses cheveux glissés le long de son épaule pour venir effleurer de leur pointe le parchemin étalé devant lui. L'expression du Tarak se fit songeuse.

- Les Ruines de Dräshm ? Je ne connais que des légendes dessus, je n'y suis jamais allé mais ce qui est sûr, c'est que se sont des vestiges. C'est à dire, un endroit avec beaucoup de cachettes. Toute Invocation que soit ce Dragon des Sables, il reste un animal ; dans une telle disposition de terrain, il aura formé un cercle de surveillance restreint, 5 mètres diamètres toute au plus. Et il aura sûrement choisi un endroit ou quelqu'un grimpé sur l'une des ruines lui sera toujours accessible pour éviter de se faire avoir des hauteurs.

Yëaskil releva la tête, bien, ils verront le reste sur place. Il attrapa sa cape de voyage, l'enfila et récupéra le petit démon poilu tout noir pour le caler dans ses bras. Avec un peu de chance, ça lui ferra un otage contre le fou furieux à la flûte... Bien que, sans aucun doute, le chat serait capable d'un bon coup de griffe pour se carapater ailleurs et ne pas servir de vulgaire morceau de viande pour un échange de bon procédé. Monde cruel.

Le Tarak soupira et attrapa Kaien par un bras pour le tirer dehors, comme il le dit si bien : "Le désert est plus agréable de nuit" c'est certains, il fait froid mais ce n'est pas pire que la chaleur de la journée. Sorti de l'auberge, il lâcha l'assassin pour continuer d'un bon pas dans la capitale d'Alsmëus. Malgré la nuit tombée, il restait toujours des habitants en dehors de leur maison à Ëhanldya mais le chemin pour la porte nord se fit plutôt simplement.

Arrivé à destination, le désert s'étalait devant lui, étendu gigantesque, très loin, à des kilomètres, le Tarak arrivait à discerner les contours des Ruines de Dräshm -il n'était pas sûr qu'un être normal en était capable. Resserrant sa cape, il rabattu le capuchon, son visage à moitié caché, un nuage de buée sortant à intervalle régulier d'entre ses lèvres ; il était enfin paré. Il tourna légèrement la tête vers Kaien, murmurant.

- Avec un petit de chances, on va rencontrer des bandits en route et ils m'agaceront assez pour que je me transforme en Tarak et que je reste sous cette forme ; techniquement, je te suivrais et je te n'attaquerais pas, même si je ne te promet rien. Un sourire carnassier fleurit sur les lèvres de Yëaskil et ses yeux s'allumèrent d'une lueur sauvage, sinon, tu n'as plus qu'à espérer qu'arriver aux ruines, le dragon m'énerve ou essaye de me tuer assez tôt pour que j'utilise sciemment mon pouvoir. Bien, maintenant que ces menues choses sont réglées, en route vers le Nord-Est : destination, les ruines de Dräshm.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse au dragon [Yëaskil]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse au dragon [Yëaskil]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Qui trop chasse le dragon devient dragon lui-même." Amdir Panthera, Roi d'Umbar [FINI]
» Le Dragon en chasse [chasses continues]
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Invocation :: Les Ruines de Dräshm-
Sauter vers: